"Nous continuons l'opération militaire spéciale jusqu'à la réalisation de tous les objectifs, peu importe l'énorme aide occidentale au régime de Kiev et la pression sans précédent des sanctions", a dit le ministre Sergueï Choïgou, lors d'une visio-conférence avec des homologues de l'ex-URSS partiellement retransmise à la télévision.

Selon lui, les efforts russes pour éviter de faire des victimes civiles "ralentissent, bien sûr, le tempo de l'offensive, mais cela est délibéré".

Un peu plus tôt, dans une rare interview accordée au journal russe Argoumenty i Fakty, le secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolaï Patrouchev, a signifié que les opérations militaires dureraient le temps qu'il faudra.

"Nous ne courons pas après les délais", a-t-il dit, "relevant que "les objectifs fixés par le président (Vladimir Poutine) seront remplis". "Il ne peut en être autrement, la vérité est de notre côté", a-t-il ajouté.

La Russie a lancé il y a trois mois jour pour jour une offensive militaire d'ampleur contre l'Ukraine, mais face à une résistance ukrainienne acharnée, Moscou a dû renoncer à prendre Kiev et a annoncé concentrer ses opérations dans l'Est.

Mais, là aussi, malgré de féroces combats depuis trois mois et des pertes sans doute très importantes des deux côtés, l'armée russe n'avance que très difficilement, laissant présager un long conflit d'usure.