"Je prie chacun et chacune de contribuer dès maintenant aux économies d'énergie", a affirmé l'écologiste, également détenteur du portefeuille du Climat, dans un entretien aux groupes de journaux Funke.

"Si pour Pâques on peut monter sur son vélo ou prendre le train, c'est bien aussi. Cela ménage le porte-monnaie et énerve Poutine", a-t-il ajouté alors que l'Allemagne, très dépendante du gaz importé de Russie, cherche tous les moyens pour réduire cette dépendance depuis le déclenchement de l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes.

"En règle générale, je dirais que l'on peut toujours économiser dix pour cent" d'énergie, a-t-il poursuivi. "Et il y a des mesures très simples qui, mises bout à bout, apportent beaucoup."

"Si l'on chauffe son appartement et que l'on ferme les rideaux le soir, on économise jusqu'à cinq pour cent d'énergie. Et si l'on baisse la température ambiante d'un degré, cela représente environ six pour cent", a souligné Robert Habeck. "C'est peut-être moins confortable, mais on n'a pas froid encore."

Berlin, qui achetait avant la guerre plus de la moitié de son gaz auprès de la Russie, a déjà réduit cette part à 40%, multipliant les démarches pour trouver des alternatives et accélérant sa conversion aux renouvelables.

Mais l'Allemagne n'envisage pas de pouvoir se passer de gaz russe avant mi-2024 et redoute d'être contrainte à un rationnement de l'approvisionnement en gaz du secteur industriel.