Le 11 octobre 2019, une des cold case les plus célèbres de France semble avoir été résolue: Xavier Dupont de Ligonnès aurait été arrêté à l'aéroport de Glasgow. La réalité est bien différente. L'homme arrêté à Glasgow n'est pas le père de famille nantais qui est suspecté d'avoir tué sa femme et ses enfants en avril 2011. L'homme détenu par les autorités écossaises est Guy Joao, un retraité qui n'a aucun lien avec l'homme recherché. Après plus de 24 heures d'isolement, c'est finalement un test ADN qui va permettre de l'innocenter. Xavier Dupont de Ligonnès reste lui toujours introuvable.

"Je n'ai toujours reçu aucune excuse de la justice française et écossaise. J'attends encore", explique Guy Joao à M6 un an après les faits.

Le retraité révèle aussi avoir porté plainte contre la police écossaise suite à sa garde à vue: "Un haut cadre de la police écossaise est venu nous voir pour nous expliquer qu'on n'avait pas de chance et que la police écossaise avait tout fait dans les règles de l'art (...) La moindre des choses c'est que mon épouse et moi recevions un dédommagement financier".

Pour rappel, son arrestation est survenue à la suite d'une dénonciation anonyme. La personne qui a alerté la police reste introuvable, comme Dupont de Ligonnés: "Je ne sais toujours pas qui a envoyé ce message de dénonciation qui me faisait passer pour Xavier Dupont de Ligonnès. Je pense qu'on ne le saura jamais. Le pire c'est qu'au moment de mon arrestation, je ne savais pas qui était cet homme."

"Dans ces moments, on se rend compte qu'on a des amis fidèles mais aussi des inconnus qui vous soutiennent. Aujourd'hui encore, je rencontre des gens dans la rue qui me reconnaissent et me montrent des marques de sympathie. Cela fait chaud au cœur", conclut Guy Joao au micro de M6.