Interpol vient d'ajouter l'ancien PDG de Renault Nissan, Carlos Ghosn, à sa liste des personnes les plus recherchées mais sans l’illustrer...

Malgré le fait que l'homme soit au cœur de l'actualité, faisant la une des journaux du monde entier, Interpol n'a pas pu trouver de photo de lui, rapporte Bloomberg.

Dans les heures qui ont précédé la tenue d'une conférence de presse par l'ancien patron de Nissan à Beyrouth, au Liban, Interpol a publié une entrée pour "Ghosn Bichara, Carlos" avec une silhouette vierge et grise dans l'encadré où aurait dû se trouver sa photo.

© Interpol

La notice rouge indique qu'il est "recherché par le Japon" et révèle son âge, son sexe, sa nationalité, les langues qu'il parle et les charges retenues contre lui. Interpol compte environ 62.000 notices rouges valides, dont environ 7.000 sont publiques.

Comme le souligne Interpol, "un avis rouge est un avis de recherche internationale, mais ce n'est pas un mandat d'arrêt", ce qui signifie que Carlos Ghosn, en tant que citoyen libanais ne craint rien tant qu'il reste dans le pays. L'agence internationale n'a pas souhaité commenter l'illustration manquante.