Une frappe russe vendredi matin à Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, a fait au moins deux morts et vingt blessés, selon un bilan communiqué par le gouverneur de la région, Vitaly Kim. "Deux morts et vingt blessés dans une frappe sur un quartier résidentiel, à ce stade", a indiqué M. Kim sur son compte Telegram.

Mykolaïv, ville portuaire et industrielle de près d'un demi-million d'habitants avant la guerre, est toujours sous contrôle ukrainien, mais elle est proche de la région de Kherson, occupée par les Russes depuis le début de l'invasion le 24 février. Bien que les combats dans cette région soient moins intenses que dans le Donbass (est), les armées ukrainienne et russe s'y affrontent quotidiennement, avec des échanges d'artillerie principalement.

Mykolaïv reste la cible des forces de Moscou car elle se trouve sur la route vers Odessa, le plus grand port d'Ukraine, à 130 km au sud-ouest. Un peu plus tôt dans la matinée, Vitaly Kim avait indiqué que quatre immeubles d'habitation avaient été "touchés" par des missiles russes, ainsi qu'"une installation", sans préciser toutefois s'il s'agissait d'un site militaire ou non.

"Un mort et six blessés (..) dont un enfant", avait-il précisé, selon un premier bilan. "Les opérations de secours se poursuivent", avait-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, Serguiï Gaïdaï avait déclaré que la grande usine chimique Azot de Severodonetsk, où environ 500 civils ont trouvé refuge ces derniers jours, est impossible à évacuer sans "cessez-le-feu complet". a déclaré vendredi le gouverneur de la région de Lougansk. "Sortir de l'usine n'est possible qu'avec un cessez-le-feu complet", a-t-il déclaré sur Telegram. Alors que les forces russes tentent de prendre le contrôle de cette ville-clé du Donbass depuis des semaines, il a jugé "impossible et dangereux" de tenter de quitter le site "en raison des bombardements et combats constants".