La télévision publique russe a diffusé jeudi soir des images montrant un jeune homme menotté et présentant une coupure au front, affirmant qu'il s'agit d'Aiden Aslin.

Sa mère Ang Wood a confirmé au Telegraph, qui a consacré plusieurs articles au jeune homme de 28 ans, y compris avant le début de l'invasion russe en Ukraine, qu'il s'agissait bien de son fils, qui porte notamment un tatouage caractéristique.

"Aiden est un membre actif des forces armées ukrainiennes et ainsi un prisonnier de guerre" qui "doit être traité avec humanité", a-t-elle déclaré au journal, rappelant au président russe la convention de Genève sur les prisonniers de guerre.

"Il semble déjà qu'il ait été battu. Il est temps pour le gouvernement britannique de s'impliquer pour assurer la libération d'Aiden", a-t-elle ajouté.

Sollicité par l'AFP vendredi, le ministère britannique des Affaires étrangères n'a pas donné suite dans l'immédiat.

Selon un message partagé après consultation avec sa famille sur les réseaux sociaux animés par des proches, qui espèrent un échange de prisonniers, le jeune homme expliquait mardi qu'après 48 jours, "nous avons essayé de faire de notre mieux pour défendre Marioupol (sud-est de l'Ukraine) mais nous n'avons pas eu d'autre choix que de nous rendre aux forces russes".

"Nous n'avons aucune nourriture et aucune munition (...) j'espère que cette guerre finira bientôt", ajoutait-il.

Selon le Telegraph, Aiden Aslin, connu sous le prénom de Johnny, s'était engagé en 2018 dans la marine ukrainienne et avait acheté une maison dans le pays pour fonder une famille avec sa fiancée.

Avant de combattre en Ukraine, Aiden Aslin avait rejoint des Kurdes du YPG pour combattre le groupe Etat islamique en Syrie. Il avait 21 ans à l'époque.