Dimanche soir, le Premier ministre israélien Naftali Bennett avait annoncé que tous les Israéliens de plus de 60 ans et le personnel médical pourront bénéficier d'une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 si elles ont reçu leur troisième dose il y a plus de quatre mois.

Pionnier de la vaccination anti-Covid à la faveur d'un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer, l'Etat hébreu avait lancé dès l'été dernier une campagne pour l'administration d'une troisième dose de vaccin. Le gouvernement mise sur cette 4e dose pour tenter d'atténuer les effets de la nouvelle vague de contamination chez les personnes les plus à risque.

"La vague d'Omicron est là et nous devons nous protéger", a déclaré M. Bennett, dont le gouvernement a donné jeudi le feu vert à la 4e dose pour les personnes immunodéprimées, à la suite de la campagne de doses de rappel l'été dernier.

Dès lundi matin, des personnes âgées de 60 ans et plus ont commencé à recevoir ces doses au centre médical Ichilov de Tel-Aviv, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Israël a par ailleurs reçu jeudi une première livraison de pilules anticoronavirus de la part de Pfizer alors que le nombre de contaminations continue d'augmenter depuis l'apparition fin novembre du premier cas dans le pays du variant Omicron.

Au cours des dernières 24 heures, le pays a enregistré 6.562 cas de Covid, une hausse de plus de 50% en une journée, selon le bilan du ministère de la Santé qui fait toutefois d'un nombre peu élevé de cas graves (110) dans ce pays où plus de la moitié de la population adulte a reçu une 3e dose d'un vaccin anti-Covid.