Israël a lancé jeudi soir une opération terrestre sur la bande de Gaza, après dix jours de raids ayant fait 240 morts, a annoncé l'armée dans un communiqué.

"Après dix jours d'attaques aériennes, maritimes et terrestre du Hamas et des refus répétés de calmer la situation, l'armée a lancé une opération terrestre dans la bande de Gaza", a indiqué un communiqué militaire.

Le gouvernement israélien a ordonné à l'armée de lancer cette opération terrestre dans le but de "porter significativement atteinte aux infrastructures terroristes du Hamas" et de "ramener la sécurité pour les citoyens d'Israël", selon le communiqué.

Cette opération va inclure des opérations d'infanterie, d'artillerie et de renseignements, appuyées par l'aviation et la marine, a ajouté l'armée.

Dans le même temps, l'armée bombardait très intensivement la bande de Gaza par air, mer et par des tirs de chars massés à la frontière, selon un correspondant de l'AFP sur place.

"L'opération de Tsahal a lieu du nord au sud de la bande de Gaza, des très nombreuses forces ont été déployées", a indiqué le commentateur militaire de la télévision israélienne.


Israël va "payer un prix élevé", menace le Hamas

Israël va "payer un prix élevé" après avoir lancé une opération terrestre dans la bande de Gaza, a affirmé jeudi soir le mouvement islamiste Hamas qui contrôle le territoire palestinien.

"Le début de l'attaque israélienne au sol contre Gaza est une étape dangereuse, dont les conséquences sont incalculables", a déclaré le porte-parole du Hamas à Gaza, Fawzi Barhoum dans un communiqué. "Israël va payer un prix élevé (...) Le Hamas est prêt à la confrontation", a-t-il ajouté.

L'armée israélienne a lancé jeudi soir une opération terrestre dans la bande de Gaza, au 10e jour de raids aériens qui ont fait 241 morts, dont une majorité de civils.

"Le Premier ministre et le ministre de la Défense ont ordonné jeudi soir à l'armée de commencer une opération terrestre", a annoncé le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

"La décision a été approuvée par le cabinet de sécurité, après le refus du Hamas d'accepter le plan égyptien pour un cessez-le-feu et la poursuite des tirs de roquettes sur Israël", ajoute le bureau du Premier ministre.

Avant l'annonce de l'opération terrestre par l'armée, Washington a demandé à Israël de "redoubler d'efforts pour éviter de faire des victimes civiles", alors que des bombardements aériens ont encore coûté la vie jeudi à plusieurs enfants après une brève trêve humanitaire.


Paris appelle Israël à "la plus grande retenue"

France "appelle Israël à exercer la plus grande retenue" lors de son opération terrestre dans la bande de Gaza qui suscite une "très vive préoccupation" à Paris, a déclaré jeudi soir le ministère français des Affaires étrangères.

L'annonce du début d'une offensive terrestre israélienne dans la bande de Gaza représente un revers pour la France et son chef de la diplomatie Laurent Fabius qui a prévu de se rendre vendredi en Egypte et Israël.

"La France marque sa très vive préoccupation quant à la décision israélienne de lancer une intervention terrestre à Gaza", a souligné le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal, dans son communiqué.

"Il est essentiel de protéger les populations civiles et d'éviter de nouvelles victimes", a ajouté le porte-parole.

Le communiqué confirme par ailleurs que Laurent Fabius se rendra vendredi "dans la région", "pour soutenir les efforts en faveur d'un cessez-le-feu immédiat et d'une trêve durable qui réponde aux besoins sécuritaires d'Israël et aux besoins humanitaires et économiques palestiniens".

L'annonce d'une visite du ministre français en Egypte et Israël avait été faite un peu plus tôt par le président français François Hollande.

"Tout doit être fait dans les jours qui viennent pour que la diplomatie réussisse, sinon il y aura une intervention au sol des Israéliens" qui s'y "préparent", avait déclaré le président français à des journalistes en marge d'un déplacement en Côte d'Ivoire.

"Ils s'y préparent en demandant aux populations civiles de se retirer et en faisant clairement apparaître qu'ils y sont prêts", "c'est pour cela que l'on demande à tous les pays qui peuvent influencer le Hamas" de faire pression, avait ajouté François Hollande, selon qui "le pays clé, c'est l'Egypte".


Ban déplore l'assaut terrestre israélien, demande d'épargner les civils

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a déploré jeudi le déclenchement d'un assaut terrestre israélien sur Gaza et a demandé à Israël de "faire bien davantage pour faire cesser les pertes civiles".

Lors d'une brève déclaration au siège de l'ONU, M. Ban a "regretté que malgré ses demandes repétées, (...) un conflit dangereux se soit encore aggravé".