"Oui j'ai donné la mort à Arthur Noyer, mais je n'ai jamais voulu lui donner la mort", a-t-il brièvement affirmé, répondant au président du tribunal qui résumait l'enquête sur la mort du militaire de 23 ans, pour laquelle Nordahl Lelandais est renvoyé pour meurtre.

La défense obtient la nullité d'une expertise

La défense de Nordahl Lelandais, dont le procès a débuté lundi à Chambéry pour le meurtre d'Arthur Noyer, a obtenu la nullité d'une expertise psychiatrique de l'accusé en raison d'un "doute légitime" sur l'impartialité de l'un des experts. L'avocat de la défense, Alain Jakubowicz, a soutenu pour ce premier jour du procès devant les assises de Savoie que l'expertise qui avait été versée au dossier fin 2020, à sa demande, devait être écartée car Paul Bensussan, l'un des deux auteurs de cette expertise, s'était exprimé le 30 mars 2018 sur France 5, lors d'une émission de "C dans l'air" sur l'affaire.

De même, l'avocat a relevé l'absence de motivation de la désignation de l'expert et d'une prestation de serment de ce dernier dans le dossier.

"Tout homme a droit à un procès équitable. J'ose dire que plus un crime est grave, plus la peine encourue est importante, plus on doit être in-tran-si-geant", a plaidé Me Jakubowicz.

Les trois magistrats professionnels ont arrêté la nullité de cette expertise, actant un "doute légitime sur l'impartialité du Dr Bensussan". Ils s'inscrivent ainsi en opposition à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble, qui a rejeté jeudi la demande en nullité d'une autre expertise des mêmes auteurs, dans le dossier Maëlys, et pour laquelle Alain Jakubowicz s'est pourvu en cassation.

Ses deux auteurs ne seront ainsi pas entendus lors du procès, qui doit s'achever autour du 12 mai. Alain Jakubowicz avait réclamé cette expertise psychiatrique car il estimait que celles déjà versées au dossier, effectuées en 2018, étaient datées, "l'état d'esprit (de Nordahl Lelandais ayant) évidemment énormément évolué au cours de ces années" en détention, selon lui.

L'avocat des parties civiles, Me Bernard Boulloud, a dit être "indifférent" à la nullité de cette expertise, ajoutant que la personnalité de l'accusé, "c'est lui qui nous la dévoilera tout seul, sans besoin d'expertise." A la suite de cette décision, le président de la cour d'assises a débuté le résumé de l'enquête sur la mort d'Arthur Noyer, pour laquelle Nordahl Lelandais est renvoyé pour meurtre.

Lundi après-midi, l'audience doit revenir sur le parcours de vie de l'accusé.