Quatre ans plus tard, Michael Cohen a fait raconter à l'actrice de films X Stormy Daniels cette liaison dans un podcast, tout en s'excusant pour son attitude passée. "Je sais que je vous ai infligé des souffrances inutiles", déclare Michael Cohen à Stormy Daniels lors de cette conversation, mise en ligne dans la nuit de lundi à mardi, entre ces deux personnages qui ont marqué la présidence Trump. "Pour cela je suis vraiment désolé".

A la fin de leur échange de près d'une heure et demie, il ajoute: "Merci de m'avoir donné une deuxième chance".

Michael Cohen, qui fut 10 ans durant l'avocat personnel de Donald Trump, a été condamné à trois ans de prison fin 2018, pour avoir - entre autres délits - versé 130.000 dollars à Stormy Daniels en échange de son silence sur cette liaison présumée avec le magnat new-yorkais, en violation des lois sur le financement des campagnes électorales.

L'ex-homme de confiance de Trump purge la fin de sa peine non plus en prison, mais assigné à résidence dans son appartement de Manhattan, pour cause de pandémie. Depuis son domicile, il diffuse régulièrement depuis septembre un podcast dans lequel il dit tout le mal qu'il pense désormais de son ancien patron, qu'il accuse de l'avoir poussé au délit.

Dans ce dernier épisode, il fait raconter à Stormy Daniels, en détail parfois très crus, cette soirée de 2006 où elle affirme avoir eu une relation sexuelle avec le magnat.

Ce récit n'est pas nouveau, la star du porno en avait déjà parlé dans un livre paru en 2018. Elle souligne notamment que même si elle n'a pas été "physiquement menacée", ce furent "les 90 secondes les plus horribles de (sa) vie".

Stormy Daniels reconnaît que la publicité que lui a valu cette histoire lui a permis de voyager, de gagner de l'argent. Mais si elle avait "une baguette magique" et pouvait revenir en arrière, "je le ferais absolument", dit-elle.

"Je vais probablement mourir seule à cause de ça", dit-elle. "Qui voudra sortir avec moi? "

Elle qui a attaqué Donald Trump en diffamation pour l'avoir traitée de menteuse s'attend à ce que ce dossier -actuellement devant la Cour suprême- "rebondisse" maintenant qu'il n'est plus président, et elle dit se préparer à une "deuxième vague" d'insultes ou de menaces contre elle à cette occasion.