Les deux frères, identifiés par des témoins, s'étaient présentés aux services de police samedi et avaient été placés en garde à vue. "Un différend opposait la victime et ses agresseurs depuis près d'un an sans que l'origine ne soit, pour l'heure, connue", avait indiqué le parquet samedi dans un communiqué.