Depuis plusieurs mois, le Premier ministre britannique Boris Johnson est sous le feu des critiques après des révélations de fêtes illégales organisées à Downing Street en plein confinement.

Si BoJo a reconnu des "erreurs", cela ne l'empêchera pas d'être poursuivi judiciairement. Les premières amendes dans le cadre de ce Partygate ont été émises ce mardi matin.

La police londonienne a infligé 20 amendes, selon l'Agence France Presse. Cette salve de sanctions n'est que la première d'une longue série, selon le Guardian, qui estime que leur nombre va augmenter dans le futur.

"Nous allons commencer aujourd'hui à renvoyer 20 avis d'amendes pour des infractions à la réglementation Covid-19", a indiqué Scotland Yard dans un communiqué sur cette enquête portant sur une douzaine de rassemblements en 2020 et 2021, sans préciser qui étaient les personnes concernées.

Pour rappel, une enquête sur douze fêtes illégales organisées au siège du gouvernement britannique entre 2020 et 2021 a été ouverte en janvier dernier. Cette enquête a révélé que des lois avaient effectivement été enfreintes lors de ces événements, auxquels ont assisté des hauts fonctionnaires du gouvernement.

Scotland Yard n'a pas précisé mardi l'identité des personnes sanctionnées, disant suivre en cela les règles de conduite professionnelle de la police. Les événements concernés n'ont pas non plus été précisés afin d'éviter d'identifier les auteurs d'infraction.

La police n'a pas terminé son enquête sur cette affaire et a promis de mettre "tout en oeuvre" pour la faire progresser "rapidement". D'autres amendes pourraient suivre s'il y a suffisamment de preuves d'infractions, a indiqué la police.