Le séisme, d'une amplitude de 7,9 sur l'échelle de Richter, a fait au moins 349 morts

SAN SALVADOR L'Amérique centrale et le Salvador en particulier sont en état de choc après le tremblement de terre d'une magnitude de 7,9 sur l'échelle de Richter qui, selon un dernier bilan paru dimanche soir, a fait au moins 349 morts, alors que des centaines de personnes étaient toujours portées disparues. Il s'agit du plus violent séisme enregistré en Amérique centrale au cours de ces vingt dernières années. Les sismographes ont enregistré pas moins de 475 répliques de faible intensité dans les heures qui ont suivi le drame.

Le tremblement de terre s'est produit samedi à 11 h 34 (17 h 34 chez nous). Son épicentre était situé dans l'océan Pacifique, à environ 150 km au sud-est de la capitale salvadorienne, San Salvador.

Alors que la capitale était épargnée, c'est dans la banlieue populaire de Las Colinas, à 12 km de San Salvador, que les dégâts ont été les plus importants. Selon les autorités, plus de 300 maisons y ont été ensevelies dans un glissement de terrain. Plus d'un millier de personnes étaient toujours portées disparues dans ce quartier, dimanche soir. Selon les secouristes, les chances de les retrouver vivantes étaient pratiquement nulles, étant donné l'énorme quantité de terre qui avait enseveli leurs vétustes maisons.

Au total, la secouse tellurique, qui a duré une trentaine de secondes, a détruit ou gravement endommagé quelque 10.000 habitations au Salvador. Des dizaines de routes ont été coupées par des glissements de terrain. La piste et le terminal de San Salvador ont subi également des dégâts et le trafic aérien a été bien entendu interrompu.

Dans les pays limitrophes, les dégâts ont été moins importants. Six morts ont été recensés au Guatemala, dont deux enfants qui ont péri dans l'effondrement de leur maison à Jalpatagua, près de la frontière avec le Salvador. Le séisme a également ébranlé le Nicaragua, le Honduras et l'Etat mexicain du Chiapas. Il a été ressenti jusqu'à Mexico, à 1.300 km au nord de San Salvador.

Lors d'une allocution télévisée, le président salvadorien, Fransisco Flores, a proclamé l'état d'urgence dans tout le pays. Il a donné la priorité aux opérations de secours et au rétablissement des services publics tels que l'électricité et les communications téléphoniques. Il a aussi lancé un appel à l'aide internationale. Appel qui, s'il n'a pas encore été suivi par la Belgique (voir par ailleurs), a bien été reçu en Amérique latine et en Europe.