Monde

Le journaliste Glenn Greenwald, porte-voix des révélations d'Edward Snowden sur le système de surveillance cybernétique américain, a affirmé lundi que tous les pays d'Amérique latine ont été espionnés par les Etats-Unis. "Tous les pays d'Amérique latine ont fait l'objet d'espionnage de la part du gouvernement américain", a déclaré le journaliste américain qui participait, par vidéo-conférence, depuis le Brésil où il vit, à la 69e assemblée de la Société interaméricaine de presse (SIP).

Cette réunion annuelle réunit quelque 300 journalistes du continent américain depuis vendredi jusqu'à mardi à Denver dans le Colorado (ouest des Etats-Unis).

"Plusieurs réunions latino-américaines", dont celles de l'Organisation des Etats américains (OEA), et les "conversations sur les traités de libre-échange" ont été espionnées, a-t-il affirmé sans être plus précis.

Le reporter, qui a démissionné la semaine dernière du quotidien britannique The Guardian, a affirmé qu'il y aurait de nouvelles révélations sur le système de surveillance mondiale américain orchestré par l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA).

Lundi, le quotidien français Le Monde a révélé que la NSA avait intercepté des millions de données téléphoniques de Français et surveillé des courriels de l'ex-président mexicain Felipe Calderon.

Hollande fait part à Obama de sa "profonde réprobation"

François Hollande a exprimé lundi à Barack Obama sa "profonde réprobation" après les révélations sur l'interception par les services secrets américains de dizaines de millions de données téléphoniques de Français, des "pratiques inacceptables entre alliés et amis". Lors d'une conversation téléphonique, le président français "a demandé que toutes les explications soient fournies, ainsi que l'ensemble des informations dont pourrait disposer l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden", selon un communiqué de la présidence française.

François Hollande "a fait part de sa profonde réprobation à l'égard de ces pratiques, inacceptables entre alliés et amis, car portant atteinte à la vie privée des citoyens français".

MM. Obama et Hollande "sont convenus de travailler ensemble pour établir les faits et la portée exacte des activités de surveillance révélées par Le Monde", souligne le communiqué alors que la Maison Blanche avait annoncé un peu plus tôt que "certaines" révélations de la presse ont "déformé" les activités des services secrets américains.

"Ils ont souligné que les opérations de collecte de renseignement devaient être encadrées, notamment dans un cadre bilatéral, pour servir efficacement la seule lutte qui vaille, c'est-à-dire la lutte contre le terrorisme", a précisé la présidence française.