En cette deuxième semaine de guerre en Ukraine, l’agenda des familles royales européennes a été très axé sur la situation des réfugiés. Dans un premier temps, tous les souverains s’alignant sur leurs gouvernements avaient fermement condamné l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes. Le plus virulent fut d’ailleurs le roi Carl XVI Gustaf de Suède dans un discours prononcé lors de la visite d’un régiment militaire.

Cette semaine, avec l’arrivée des premiers réfugiés dans l’Union européenne, les gestes de soutien n’ont pas manqué. S’il a été confirmé que la reine Elizabeth et la duchesse de Cornouailles (très émue lors de sa visite auprès de la communauté ukrainienne de Londres) avaient effectué un don substantiel pour l’Ukraine, ce sont le duc et la duchesse de Cambridge qui sont allés au centre culturel ukrainien de Londres, apportant avec eux des douceurs et petits cakes réalisés dans les cuisines de Kensington Palace, un petit geste d’attention aussi à l’égard des bénévoles mobilisés.

À Molenbeek, le roi Philippe et la reine Mathilde ont pris le temps de rencontrer des réfugiés pris en charge par Fedasil, l’agence fédérale qui gère les demandes d’asile. Très émus par les témoignages, ils ont ensuite émis un communiqué de soutien à l’Ukraine.

Au Danemark, le prince héritier Frederik qui se dit très bouleversé par la situation de l’Ukraine, était venu déposer symboliquement un bouquet de fleurs avec ses enfants le prince Vincent et la princesse Josephine devant l’ambassade à Copenhague. La princesse héritière Mary a tenu une réunion de travail avec l’antenne danoise de l’organisation mondiale de la santé.

Aux Pays-Bas, les souverains qui ont reporté une visite d’Etat en Grèce prévue du 16 au 18 mars prochains, ont reçu au Palais de Noordeinde des membres de la communauté ukrainienne dont l’ambassadeur. Ils se sont ensuite rendus dans la commune d’Ede où 950 réfugiés ont été accueillis en l’espace d’une semaine. En toute simplicité, Willem-Alexander et Maxima se sont assis dans des petits groupes pour discuter.

En Suède, la famille royale est pleinement mobilisée. Le roi a multiplié les réunions avec les autorités, souvent accompagné de la princesse héritière Victoria. La famille a assisté à une célébration pour la paix en la chapelle du palais royal de Stockholm. Tous portaient un pin’s avec les drapeaux ukrainiens et suédois entrelacés. La princesse héritière et son époux le prince Daniel ont également assisté à la soirée organisée par la télévision suédoise pour lever des fonds pour la population ukrainienne.

L’un des gestes les plus touchants est probablement au grand-duché de Luxembourg. Henri et Maria Teresa ont reçu au palais Iryna âgée de 40 ans et son fils Yaroslav de 15 ans. Tous deux ont fui leur ville de Dnipro à l’est de l’Ukraine. Dans un train bondé en direction de la Hongrie, cette mère et son jeune fils ont fortuitement rencontré une Ukrainienne résidante au Luxembourg qui retournait au grand-duché. De Bratislava en Slovaquie, ils ont pris un avion grâce à la générosité d’amis luxembourgeois pour atterrir à Charleroi d’où ils ont ensuite rejoint Luxembourg.

Enfin, il y a tous ces petits gestes certes anodins mais qui n’en sont pas moins touchants et permettent de témoigner une totale solidarité envers l’Ukraine et sa population : une blouse traditionnelle brodée portée par la reine Letizia d’Espagne et un vase contenant des fleurs jaunes et bleues, couleurs nationales de l’Ukraine, dans le bureau de la reine Elizabeth à Windsor.