L'équipe Bush inquiétée

Monde

P. D.-D.

Publié le

Polémique sur la secrétaire d'Etat au Travail

WASHINGTON Les médias américains ont débusqué un joli petit scandale propre à causer quelques soucis au futur président des Etats-Unis, même si George W. Bush a réitéré lundi toute sa confiance en Linda Chavez, pressentie pour assumer la tâche de secrétaire d'Etat au Travail.

La chaîne ABC a ainsi révélé que Linda Chavez a hébergé entre 1991 et 1992 à son domicile dans le Maryland, un Etat qui jouxte Washington D.C., une Guatémaltèque en situation irrégulière aux Etats-Unis. Linda Chavez l'aurait aidée, notamment en lui donnant de l'argent.

Dans un entretien au Washington Post, Marta Mercado, la clandestine en question, a assuré qu'elle n'avait avoué son statut d'immigrée clandestine que trois mois après avoir été hébergée fin 1991. `Je n'étais pas vraiment son employée´, a-t-elle déclaré en expliquant que les sommes de 100 ou 200 dollars que lui donnait parfois Mme Chavez était une marque de reconnaissance.

`Si quelqu'un vient vers moi en demandant un abri et de l'aide, y compris dans les mêmes circonstances, j'essaierai de l'aider´, a de son côté réagi Linda Chavez dans les mêmes colonnes du Post.

Dans le camp Bush, chacun s'évertuait bien entendu à calmer le jeu. Les conseillers du futur président des Etats-Unis se félicitaient même de `l'acte de charité et de compassion´ de Linda Chavez et le fait que cette affaire n'était pas du tout comparable au scandale Zoe Baird. Cette femme fut le premier choix de Bill Clinton en 1993 pour le poste de ministre de la Justice, mais elle dut jeter l'éponge après qu'on eut révélé qu'elle avait engagé une immigrée clandestine comme nounou et qu'elle n'avait pas payé d'impôts sur le salaire de cette dernière.

`Rien n'a changé depuis l'annonce de sa nomination´, a assuré lundi Ari Fleischer, porte-parole de George W. Bush, ajoutant que chacun était confiant quant à l'avenir politique de Linda Chavez.

Elle doit, en effet, être confirmée à son poste de secrétaire d'Etat au Travail par le Sénat. Le chef du groupe démocrate au Sénat, Tom Daschle, avait estimé dimanche que si cette affaire était avérée, elle posait un `grave problème´.

Ancienne responsable de la Commission des droits civiques sous l'administration Reagan, Linda Chavez est en tout cas décriée par les démocrates pour ses positions jugées très conservatrices. La nomination de cette hispano-américaine a également été accueillie avec une forte réticence par les syndicats.

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info