Quelque 800 personnes ont été évacuées mercredi en Islande après l'éruption d'un volcan sous un glacier qui n'a pas fait de victimes


REYKJAVIK Les vols dans une grande partie de la Norvège ainsi que dans le nord de la Suède ont été suspendus en raison des cendres dues à l'éruption volcanique, ont annoncé les autorités de contrôle aérien des deux pays scandinaves.
Plusieurs aéroports britanniques étaient également fermés jeudi matin et de nombreux vols suspendus à Heathrow, près de Londres, première plateforme au monde en termes de passagers, alors qu'approchait un nuage de cendres provoqué par l'éruption.

Les avions ont également été cloués au sol jeudi dans le nord de l'Ecosse pour les mêmes raisons, a annoncé le service de contrôle aérien britannique NATS.
L'éruption a commencé "vers 01H00" (locale) dans la partie sud-ouest du cratère au sommet du glacier Eyjafjallajokull, déjà touché par une éruption le mois dernier, selon des géophysiciens islandais.

Elle a provoqué de nombreux tremblements de terre dans la région et une fonte du glacier inquiétante car elle pourrait entraîner de fortes inondations, selon la police locale.
"La fonte du glacier a provoqué deux importantes coulées d'eau", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police locale, Roegnvaldur Olafsson.
Jusqu'ici, "aucune vie n'est en danger mais nous avons évacué toute la zone et les routes sont fermées", a-t-il ajouté, en jugeant l'éruption en cours plus importante que celle du mois dernier.

"Entre 700 et 800 personnes ont été évacuées de leurs habitations", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police, Baldur Sigurdsson.
L'ambassadrice norvégienne Margit Tveiten et un groupe de ses compatriotes qui campaient non loin de là ont ainsi été évacués après l'inondation de la zone, a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'ambassade norvégienne à Reykjavik.
"Il y a d'importantes inondations des deux côtés du volcan, la route (où se trouvait l'ambassadrice) est bloquée et toute la région est isolée à cause des inondations... On craint qu'un grand pont ne se brise", a ajouté Per Landroe.

La radio-télévision publique RUV a indiqué sur son site internet que l'évacuation des civils constituait une "mesure préventive" prise "à la lumière d'une activité volcanique accrue sous le sommet du glacier Eyjafjallajokull".
Ces civils sont dirigés vers des centres de la Croix-Rouge, a-t-elle ajouté.
En Norvège, les autorités aéroportuaires ont annoncé avoir fermé une partie de leur espacé aérien, entre Bodoe et Tromsoe, dans l'extrême nord du pays. "Nous envisageons de le faire plus au sud jusqu'à Trondheim (centre), mais la décision n'a pas encore été prise", a déclaré un porte-parole de l'autorité aéroportuaire nationale Avinor, Sindre Aanonsen.

Aucun problème du à l'éruption n'était encore observé en Norvège, mais "mieux vaut être en sécurité qu'avoir des regrets", a ajouté M. Aanonsen.
Le mois dernier, la première éruption de volcan depuis 1823 au glacier Eyjafjallajokull avait entraîné une brève évacuation de 600 personnes. L'éruption s'était terminée mardi, selon un géophysicien local, Magnus Tumi Gudmonsson. La nouvelle éruption semble se situer plus à l'ouest et "rien n'indique à ce stade qu'elle sera importante", a-t-il ajouté.

Le 21 mars, tous les vols aériens d'Islande avaient été brièvement annulés, mais aucun vol n'a jusqu'ici été annulé mercredi.
La région concernée, qui est reculée et peu peuplée, est située à 125 kilomètres à l'est de Reykjavik, la capitale islandaise.

© La Dernière Heure 2010