Arafat repousse la proclamation afin de ne pas mettre en péril le processus de paix

GAZA Les dirigeants palestiniens se sont résignés dimanche à repousser la proclamation de leur Etat, prévue pour ce mercredi 13 septembre, afin de donner une ultime chance aux négociations avec Israël qui doivent reprendre ce lundi.

Le report de cette déclaration d'indépendance a été décidé dans la soirée par le Conseil central de l'OLP (CCOLP), réuni depuis samedi à Gaza, à l'issue d'un vote dont le résultat ne faisait guère de doute depuis quelques jours.

Le Conseil central de l'OLP a ainsi décidé de reporter jusqu'au 15 novembre au moins la proclamation d'un Etat palestinien indépendant, selon une déclaration lue à la presse par le président de cet organisme, Salim Zaanoun. Le CCOLP a même décidé de ne pas fixer de nouvelle date ni même de délai pour la proclamation d'un Etat palestinien, selon la même déclaration.

Le mini-parlement palestinien déclare toutefois que les préparatifs pour la proclamation devront être achevés d'ici le 15 novembre, date à laquelle les dirigeants palestiniens devraient à nouveau se réunir pour examiner une nouvelle date. Le 15 novembre marque en effet l'anniversaire de la déclaration d'indépendance symbolique effectuée par l'OLP en 1988 à Alger.

`Si les Palestiniens décident de reporter la proclamation de l'Etat, nous ne pourrons que nous en féliciter, car cela traduira leur volonté de poursuivre de façon positive le processus de paix ´, avait affirmé dans la journée le ministre par intérim des Affaires étrangères Shlomo Ben Ami, qui dirigera ce lundi la délégation israélienne pour cette nouvelle série de négociations.

Une annulation par le CCOLP de sa décision du 3 juillet de proclamer un Etat mercredi 13 septembre, 7e anniversaire des accords d'Oslo de 1993 sur l'autonomie palestinienne et date fixée par l'accord israélo-palestinien pour un règlement final du conflit, était attendue depuis que Yasser Arafat avait annoncé samedi soir la reprise des négociations.

Le gouvernement israélien avait averti qu'une déclaration d'indépendance sans accord préalable avec l'Etat hébreu était incompatible avec la poursuite du processus de paix. `Tous les contacts auraient été rompus et le gouvernement israélien aurait été contraint de prendre lui aussi des mesures unilatérales ´, avait souligné le ministre du Tourisme, Amnon Lipkin-Shahak.