L'homme a été condamné en novembre 2019 en Belgique à une peine de trois ans de prison avec sursis pendant cinq ans, pour faits de mœurs et de violence physique sur des élèves. Fin août, Tariq Ramadan, sous le coup de quatre inculpations pour viol en France, avait annoncé le lancement en octobre de "Chifa", un centre de recherche et de formation, dispensant des cours d'humanisme, d'éthique et de féminisme, rappelle l'hebdomadaire.

Tariq Ramadan avait évoqué sur Twitter une douzaine de professeurs, dont Yacob Mahi, ex-enseignant d'un établissement secondaire à Anderlecht, reconnu coupable de faits de mœurs et de violence physique sur des élèves. Il est également interdit d'exercer son métier d'enseignant pendant 10 ans.

Yacob Mahi a également été sanctionné par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) pour avoir considéré, un mois après l'attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, que le journal avait "abusé" de la liberté d'expression. Il s'est alors tourné vers la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui a déclaré début septembre sa requête "irrecevable".

L'ex-enseignant est censé animer une formation sur la foi et la croyance.