Officiellement, le printemps est là. Ces dernières semaines, le soleil a réchauffé les journées et les cultures des viticulteurs. Les bourgeons étaient déjà de sortie puis, d'un coup, les températures ont chuté. Une mauvaise nouvelle pour les travailleurs de vignes. Ceux-ci doivent absolument protéger leur vignoble des gelées trop importantes qui peuvent détruire les bourgeons.

Dans le nord de la France, le viticulteurs, prévenus du risque par des sondes installées dans le sol, se démènent pour faire face au gel. Des photos de l'Agence France Presse montrent les moyens mis en oeuvre pour protéger et réchauffer les cultures.

Pour éviter que la température du sol chute en-dessous de -2°c, certains disposent des braseros dans les allées de vignes, d'autres enflamment carrément de la paille au sol. Une technique, dite de l'enfumage, qui crée un nuage qui permettant au bourgeon de ne pas dégeler trop vite ou de ne pas brûler. 


D'autres professionnels choisissent une autre technique. Ils arrosent les vignes pour que la glace protège les bourgeons. “En se transformant en glace l’eau produit de la chaleur et maintient le végétal à zéro degré”, explique un ingénieur agricole sur Twitter. Patrick Olivier, le président du syndicat des vins de Saint-Nicolas-de-Bourgueil et vice-président de la fédération viticole, explique qu'avec cette technique, il est nécessaire "d'arroser jusqu’au dégel. Avec le soleil, la glace se met à fondre et libère le bourgeon protégé toute la nuit par la glace."