Tous les voyageurs en provenance de l'Union européenne (UE) qui souhaitent entrer en Italie devront dès le 16 décembre pouvoir soumettre un test corona négatif, a annoncé mardi le Premier ministre Mario Draghi. Les voyageurs qui n'ont pas été vaccinés devront observer une quarantaine de cinq jours après leur arrivée. Ces mesures seront d'application jusqu'au 31 janvier.

Il a également été décidé de prolonger les pouvoirs extraordinaires dont dispose le gouvernement jusqu'au 31 mars. Ces pouvoirs, qui expirent à la fin de l'année, facilitent l'introduction d'une nouvelle législation dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus.

L'Italie n'est pas le premier pays à rendre obligatoire un test négatif pour les voyageurs en provenance de l'UE. Depuis novembre, le Portugal a décidé que toute personne entrant dans le pays par avion devait pouvoir présenter un test négatif, y compris les personnes entièrement vaccinées.

En Angleterre, la Chambre des communes a adopté mardi plusieurs mesures plus strictes pour lutter contre la propagation du coronavirus et de ses variants et ce malgré l'opposition d'une frange des membres du parti conservateur, le parti du Premier ministre Boris Johnson. Selon la BBC, le masque sera obligatoire dans les lieux publics, à l'exception des pubs, des restaurants et des salles de sport. Par ailleurs, les personnes complètement vaccinées ayant eu un contact avec une personne infectée seront autorisées à passer un test tous les jours pendant sept jours au lieu d'être contraintes à l'isolement.

La vaccination deviendra également obligatoire pour le "personnel de santé de première ligne" à partir d'avril. Et enfin, un pass sanitaire sera demandé à l'entrée des discothèques et pour avoir accès à des événements majeurs. Il faudra être complètement vacciné, guéri du Covid ou avoir été testé négatif pour entrer.

Le Labour, le plus grand parti d'opposition, avait annoncé à l'avance qu'il approuverait les mesures. Des dizaines de députés conservateurs, en revanche, avaient annoncé haut et fort qu'ils voteraient contre.

Au final, 369 députés ont voté pour le pass sanitaire et 126 contre.