"Je suis très préoccupé par le fait qu'Omicron, plus transmissible, circulant en même temps que Delta, entraîne un tsunami de cas. Cela exerce et continuera d'exercer une immense pression sur un personnel de santé épuisé et des systèmes de santé au bord de l'effondrement", a déclaré le chef de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse à Genève ce mercredi.

L'organisation internationale estime que les variants Delta et Omicron sont des "menaces jumelles" qui augmentent le nombre des nouveaux cas, provoquant des pics d'hospitalisations et de décès.

La pression sur les systèmes de santé n'est pas seulement due aux nouveaux patients, mais aussi au grand nombre des membres du personnel de santé tombant malades, a ajouté M. Ghebreyesus.

"Les personnes non vaccinées courent beaucoup plus de risques de mourir de l'un ou l'autre de ces variants", a-t-il martelé.

Un taux de vaccination de 70% dans chaque pays d'ici l'été 2022?

L'OMS souhaitait que 40% de la population mondiale soit entièrement vaccinée d'ici à la fin de l'année et a pour objectif une couverture de 70% d'ici au milieu de 2022.

M. Tedros a annoncé que 92 des 194 États membres de l'OMS n'atteindraient pas l'objectif de 40% en 2021.

"Cela est dû à des envois de vaccins limités dans les pays à faibles revenus pendant la majeure partie de l'année ainsi qu'à l'envoi ultérieur de doses de vaccin proches de la date de péremption, sans éléments essentiels comme des seringues", a-t-il déclaré.

"Ce n'est pas seulement une honte, cela a coûté des vies et donné au virus l'occasion de circuler sans contrôle et de muter. Au cours de l'année à venir, j'appelle les dirigeants des gouvernements et de l'industrie à joindre le geste à la parole en matière d'équité vaccinale", a exhorté le chef de l'OMS.