La juge Margarita Kotova a indiqué ajouter à cette peine un an et demi de liberté surveillée et 1,2 million de roubles d'amende, soit environ 10.000 euros au taux du jour, alors que le détracteur du Kremlin est déjà emprisonné depuis plus d'un an.

Il devra purger sa peine dans une "colonie pénitentiaire de régime sévère", ce qui signifie que ses conditions de détention vont devenir plus strictes.

Le charismatique militant anticorruption et ancien avocat, âgé de 45 ans, était jugé depuis mi-février derrière les murs de sa colonie pénitentiaire, à 100 km à l'est de Moscou, dans un tribunal improvisé.

M. Navalny était accusé d'avoir détourné des millions de roubles de dons versés à ses organisations de lutte contre la corruption et d'"outrage au tribunal" au cours d'un précédent procès.

Après sa condamnation, Alexeï Navalny a promis de poursuivre sa lutte contre le Kremlin et estimé que Vladimir Poutine avait "peur de la vérité", dans une série de tweets.


"Poutine a peur de la vérité, je l'ai toujours dit. La lutte contre la censure, amener la vérité aux habitants de la Russie, restent notre priorité", a-t-il écrit.


Les avocats de Navalny brièvement interpellés

Les avocats de l'opposant russe ont été arrêtés mardi devant la colonie pénitentiaire dans laquelle il avait été condamné quelques minutes auparavant à 9 années de prison, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Olga Mikhaïlova et Vadim Kobzev ont été interpellés au motif, semble-t-il, qu'ils gênaient la circulation automobile devant la prison en parlant avec la presse.

Moins d'une heure plus tard, Me Kobzev a annoncé sur Twitter que sa consœur et lui-même avaient été relâchés.