La dirigeante a cependant affirmé qu'il était "de la plus haute importance de continuer à faire fonctionner le marché unique", c'est-à-dire de continuer à permettre le transport "fluide des travailleurs essentiels et des marchandises à travers les frontières" des pays au sein de l'Union européenne.

Concernant les frontières extérieures de l'UE, "nous proposerons des mesures de sécurité additionnelles pour les voyages essentiels vers l'Europe, par exemple en exigeant un test avant le départ", a-t-elle ajouté, à l'issue d'un sommet en visioconférence des 27 Etats membres.

"Nous sommes de plus en plus inquiets au sujet des différents variants" du coronavirus, a reconnu Mme von der Leyen.

L'agence européenne chargée des épidémies (ECDC), qui a relevé son évaluation des risques sanitaires liés à ces variants du coronavirus (britannique, sud-africain), plus contagieux, avait déjà appelé jeudi les dirigeants européens à se tenir prêts à prendre des mesures "plus strictes" dans les "semaines à venir". Elle a notamment estimé que "les voyages non essentiels devaient être évités".

Plusieurs pays ont déjà durci leurs restrictions ces derniers jours, comme l'Allemagne mardi. Les Pays-Bas ont annoncé jeudi soir un couvre-feu à partir de 21h00, le Portugal une fermeture de ses écoles.