Approché par un ami qui organise des couloirs humanitaires dans la région du Donbass, Wali, un Canadien d'origine française, a décidé de rejoindre l'Ukraine pour prêter main forte au peuple qui subit la guerre. "Il m'a dit qu'ils avaient besoin d'un tireur d'élite. C'est comme si un pompier entendait sonner l'alarme. Je devais y aller", a-t-il expliqué à nos confrères de La Presse.

Parmi les tireurs d'élite, Wali n'est pas n'importe qui. Il a déjà combattu avec les troupes d'élite canadiennes en Afghanistan et avec les Kurdes en Irak, réussissant d'ailleurs à battre le record du tir meurtrier le plus lointain avec un tir décoché à 3450 mètres.

Il n'a pas hésité un seul instant à partir en Ukraine, laissant au Canada sa femme et son enfant. "Je sais, c'est juste horrible. Mais quand je vois les images de dévastation en Ukraine, c'est comme si je voyais mon fils qui est en danger et qui souffre. Quand je vois un immeuble détruit, je pense au propriétaire qui voit sa caisse de retraite partir en fumée. Je vais là-bas pour des raisons humanitaires. Je veux aider les gens, c'est aussi simple que ça. Je dois aider parce que des gens sont bombardés ici, simplement parce qu'ils veulent rejoindre l'Europe et ne veulent pas être russes", explique-t-il.

Avant de conclure: "Il y a une semaine, je programmais des trucs. Maintenant, je déballe des missiles antichars dans un entrepôt pour tuer de vraies personnes... C'est ma réalité maintenant."