La région de Catalogne a ordonné samedi le confinement de quelque 200.000 habitants autour de la ville de Lerida, en raison d'un regain de contagion alors que l'Espagne entame les vacances d'été et s'ouvre plus largement aux touristes.

"Nous avons décidé de confiner la zone del Segria (autour de la ville de Lerida, 150 km à l'ouest de Barcelone), sur la base de données qui confirment une croissance très importante du nombre de cas de contagions de Covid-19", a déclaré devant la presse le président de la région, l'indépendantiste Quim Torra.

Il a annoncé que ce confinement débuterait à midi (10H00 GMT), en restreignant les entrées et sorties de cette zone.

La ministre régionale de la Santé, Alba Verges, a précisé que les regroupements de plus de dix personnes étaient interdits, et les visites dans les maisons de retraites suspendues.

Deux semaines seulement après la levée du confinement généralisé qui empêchait les Espagnols de quitter leur province, ce reconfinement de 200.000 habitants coïncide avec la réouverture des frontières samedi aux ressortissants de 12 nouveaux pays.

L'Espagne avait déjà admis les citoyens de l'UE et de l'espace Schengen ainsi que les Britanniques le 21 juin.

L'Espagne est un des pays les plus affectés par la pandémie, avec au moins 28.385 morts. Mais les autorités estiment avoir réussi à contrôler la contagion après un sévère confinement de plus de trois mois.

Cependant, le pays avait enregistré vendredi 17 morts du coronavirus en un jour, selon le ministère de la Santé, soit le plus grand nombre quotidien de décès depuis 19 juin.

Le ministère de la Santé avait souligné vendredi que de nouveaux renforts avaient été déployés dans les aéroports, pour "le contrôle des arrivées des voyageurs", avec prise de température et recueil de leurs données personnelles.

Le nombre de cas confirmés atteint les 250.545 pour 47 millions d'habitants, selon le dernier bilan du ministère de la Santé vendredi.

Des milliers de personnes reconfinées en Australie

Des milliers de résidents de Melbourne, habitant dans plusieurs immeubles d'habitation, vont devoir rester confinés chez eux pour au moins cinq jours à partir de samedi, une mesure des autorités visant à endiguer la pandémie de coronavirus après l'apparition de nouveaux cas dans la deuxième ville du pays. Des centaines de policiers ont été déployés pour faire respecter les mesures de confinement dans neuf tours d'habitations après la découverte de 108 nouveaux cas de coronavirus dans l'Etat de Victoria (sud-est), soit une hausse quotidienne record depuis des mois.

"Il y a beaucoup, beaucoup de personnes vulnérables qui vivent dans ces tours", a souligné samedi le Premier ministre de l'Etat de Victoria à des médias.

"Certains d'entre eux vont retourner chez eux à la fin de la journée, sachant qu'ils ne pourront plus partir pour cinq jours", a ajouté Daniel Andrews.

Ces nouvelles mesures de confinement dans le nord de Melbourne représenteraient un "défi logistique majeur", selon les autorités, incluant l'envoi de nourriture à environ 3.000 habitants et le déploiement d'au moins 500 officiers de police par roulement.

"La première priorité est de trouver chaque cas dans ces tours, afin d'éviter une explosion d'infections", a insisté Annaliese van Diemen, directrice adjointe de la santé publique de l'Etat du Victoria.

Pour contenir l'épidémie de coronavirus, M. Andrews avait annoncé mardi qu'une trentaine de quartiers de Melbourne seraient confinés, une mesure qui concerne plus de 300.000 habitants de cette ville qui en compte 5 millions, et qui doit rester en vigueur jusqu'au 29 juillet.

Les habitants seront autorisés à sortir de chez eux uniquement pour aller travailler ou à l'école, faire des exercices physiques ou acheter de la nourriture et des produits de première nécessité.

Jusqu'à présent, l'Australie, qui fait plutôt figure de modèle en matière de lutte contre le coronavirus, a recensé environ 7.800 cas dont une centaine de décès pour une population de 25 millions d'habitants.

Plusieurs régions de l'immense île-continent ne comptent plus aucun cas actif de coronavirus, ce qui permet à de nombreux Etats de continuer à lever les mesures de confinement mises en places à partir de fin mars