L'approbation, annoncée par un organe du conseil d'Etat, est survennue un jour après la confirmation par Sinopharm que son vaccin était efficace à 79,3% selon les données préliminaires de la dernière phase d'essais cliniques.

Sur la base de ces résultats, "l'Administration nationale des produits médicaux a approuvé le 30 décembre (...) la demande d'inscription du vaccin inactivé de Sinopharm (...) de façon conditionnelle", a annoncé lors d'une conférence de presse un haut responsable de cet organisme, Chen Shifei.

Il a précisé que le laboratoire devrait poursuivre ses essais cliniques. Lors de la même conférence de presse, le ministre adjoint de la Santé, Zeng Yixin, a indiqué que l'autorisation de mise sur le marché allait permettre de généraliser la vaccination des groupes à risque, à savoir les plus âgés et les personnes souffrant de maladies sous- jacentes. "La troisième étape sera de vacciner toute la population", a-t-il dit.

Les responsables interrogés n'ont fourni aucun chiffre concernant les capacités de production chinoises, indiquant simplement que la vaccination serait facultative dans le pays au 1,4 milliard d'habitants.

La Chine compte vacciner au moins 50 millions de personnes avant le début de la saison festive du nouvel an lunaire, quand des millions de personnes se déplacent au sein du pays lors de leurs vacances.

Le président Xi Jinping a promis de faire des vaccins chinois "un bien public mondial". Le pays a déjà commencé à livrer certains pays comme l'Indonésie et les Emirats arabes unis.

Le taux d'efficacité du vaccin de Sinopharm est cependant inférieur à ceux revendiqués par ses concurrents Pfizer/BioNTech (95%) et Moderna (94,1%).