Ces premiers décès depuis le 26 janvier 2021 en Chine continentale -hors Hong Kong et Macao- y portent le bilan de la pandémie à 4.638 morts, alors que Hong Kong, aussi en proie à une résurgence du Covid-19, déplore plus de 200 morts par jour.

Les deux décès sont survenus à Jilin (nord-est), la province la plus touchée par la vague actuelle, a précisé la Commission sanitaire nationale.

Les autorités ont enregistré samedi 4.051 nouvelles infections à travers le pays et 4.365 la veille, dont plus de la moitié dans la province de Jilin.

Le pays, où les premiers cas de coronavirus sont apparus fin 2019, avait gardé l'épidémie sous contrôle grâce à un contrôle strict des frontières, de longues quarantaines, des campagnes de dépistage massif et des confinements ciblés.

Pékin a fait de son faible taux de mortalité un argument politique, assurant que cela démontrait la puissance de son modèle de gouvernance à parti unique.

Les deux décès sont discrètement signalés dans le rapport quotidien de la Commission sanitaire et les médias publics en font peu mention.

La deuxième économie du monde, qui enregistrait moins de 100 cas par jour il y a encore trois semaines, annonce plus d'un millier de nouvelles infections quotidiennes depuis une semaine.

Des interrogations ont émergé avec le variant Omicron hautement contagieux sur l'efficacité à long terme de la stratégie dite "zéro-Covid" du gouvernement.

Confinements

Ces dernières semaines, des sources officielles ont suggéré que la Chine pourrait devoir, à un certain moment, vivre avec le Covid-19, comme le font d'autres pays, et se sont inquiétées de la conséquence de larges confinements sur l'économie.

Mais le président Xi Jinping a assuré jeudi que le gouvernement "s'en tient" à la stratégie "zéro-Covid", selon la télévision publique, tout en permettant une approche plus "ciblée"

Alors que, par le passé, tout rebond épidémique pouvait entraîner des confinements complets de villes, les autorités ont décidé de mesures différenciées pour répondre aux derniers foyers.

Des villes, comme Shenzhen, centre technologique de 17,5 millions d'habitants, ont été confinées. Mais les restrictions ont été assouplies dans cette cité après les propos de M. Xi.

Pour sa part, Shanghai a fermé les écoles et mené une campagne de dépistage massif mais a échappé au confinement total.

Les autorités ont aussi annoncé que les malades présentant des symptômes bénins pouvaient être isolés dans des centres de quarantaine et non plus forcément dans des hôpitaux spécialisés.

Des dizaines de millions de personnes sont actuellement confinées chez elles à travers le pays et les autorités se sont efforcées de libérer des lits d'hôpitaux, craignant que l'épidémie ne mette le système de santé sous grande tension.

La province de Jilin, qui a rapporté des milliers de cas la semaine passée, a construit huit hôpitaux temporaires et deux centres de quarantaines pour gérer l'épidémie.

Des médias publics ont diffusé des images montrant des dizaines de grues assemblant des installations médicales temporaires à Jilin, qui compte seulement 23.000 lits d'hôpitaux pour 24 millions d'habitants.

Pékin surveille aussi Hong Kong, où une stratégie "zéro Covid" similaire n'a pas pu arrêter la vague du variant Omicron apparu fin décembre.

En moins de trois mois, l'ancienne colonie britannique a enregistré plus d'un million de cas et plus de 5.000 décès, dont une grande partie parmi les personnes âgées non vaccinées. Selon des chercheurs, la moitié des 7,4 millions d'habitants auraient déjà été infectés.

Contre toute attente, la cheffe de l'exécutif locale Carrie Lam a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse que "le moment est venu" de revoir les restrictions. "Non pas parce que le nombre de cas a diminué... mais j'ai le sentiment très fort que les gens en ont marre", a déclaré la dirigeante.