La situation sanitaire reste trop "incertaine" pour que se tienne à l'automne le "rassemblement le plus global qu'il soit", a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre-président bavarois Markus Söder. "Il y a le risque que cela crée des conditions chaotiques car dans les tentes à bière classiques, la distance, le masque et toutes les mesures sont pratiquement impossibles à mettre en oeuvre", a justifié le dirigeant conservateur.

"Imaginez qu'il y ait une nouvelle vague et qu'elle (la Fête de la Bière) devienne alors un évènement super-contaminateur: la marque serait ternie pour toujours et nous ne voulons pas cela", a ajouté M. Söder. Malgré une légère amélioration de la situation sanitaire en Allemagne, bars, restaurants et lieux culturels restent fermés depuis près de six mois. Les rassemblements, même en plein air, restent à ce stade interdits.

La Fête de la Bière, ou "Oktoberfest", réunit en temps normal plus de 5 millions de personnes, dont un tiers en provenance de l'étranger, d'Asie en particulier. Elle génère habituellement 1,2 milliard d'euros de retombées économiques. L'annulation en 2020 était la première depuis la Seconde guerre mondiale. En 1854 et 1873, elle n'avait pas eu lieu à cause d'épidémies de choléra.

La production de houblon et de bière est élevée au rang de culte national en Allemagne et notamment en Bavière. En 2018, les Allemands ont bu 102 litres de bière par personne, dépassés en quantité en Europe par les seuls Autrichiens et Tchèques.