Les trois premiers syndicats de cheminots ont appelé à amplifier la mobilisation.

Les trois premiers syndicats représentatifs au sein de la compagnie ferroviaire nationale française ont appelé samedi à amplifier l’actuelle mobilisation contre la réforme des retraites, à l’issue d’une intersyndicale près de Paris. "Nous appelons à la poursuite du mouvement ce week-end et au renforcement du mouvement à partir de lundi pour bien matérialiser auprès du gouvernement que nous voulons le retrait de son projet par points", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF. "Il faut poser dans toutes les entreprises la question de la grève et de la reconduction de la grève", a-t-il ajouté.

Jusqu’aux vacances de Noël ? "On espère que le gouvernement aura répondu avant cette date", mais "les cheminots ne se fixent pas de limites", a-t-il répondu.

La France fait face depuis jeudi à une grève massive contre un projet de réforme des retraites voulue par le président Emmanuel Macron. Cette mobilisation affecte en particulier les transports, entraînant son lot de difficultés et de crispations pour les usagers. Certains secteurs d’activités tournent également au ralenti.

À l’origine de la colère: le "système universel" de retraite censé remplacer à partir de 2025 les 42 régimes de retraites existants.

Le trafic ferroviaire était toujours très perturbé samedi, avec seulement 15% des trains de banlieue en région parisienne (Transilien), un train à grande vitesse (TGV) sur six à travers la France et un train régional sur dix (essentiellement par bus) assurés. Ce trafic restera fortement réduit dimanche.