Malgré plusieurs tentatives pour mener ce test à bien au centre spatial Kennedy, les équipes de l'agence spatiale américaine ont rencontré une série de problèmes, les ayant conduits à décider de rentrer la fusée à l'abri avant de retenter cette ultime répétition générale.

Une valve défectueuse va notamment devoir être changée, une opération qui ne pouvait pas être réalisée sur le pas de tir.

Une fuite a également été découverte lors des dernières opérations de remplissage de l'étage principal avec de l'hydrogène liquide, qui devra être résolue.

Pour "tout nouveau système de lancement, lorsqu'il passe pour la première fois par ce processus, c'est le genre de choses que vous apprenez", a justifié lundi lors d'une conférence de presse Tom Whitmeyer, responsable du développement des systèmes d'exploration à la Nasa.

"Le véhicule lui-même fonctionne très bien, mais les opérations sont très compliquées", a-t-il ajouté.

Le test consiste à répéter toutes les étapes menant à un lancement, du remplissage des réservoirs au compte à rebours final -- stoppé juste avant l'allumage des moteurs.

La Nasa n'a pour le moment pas précisé quand elle comptait procéder à un nouvel essai, mais les réparations dans le bâtiment d'assemblage prendront au minimum plusieurs semaines, a précisé Charlie Blackwell-Thompson, directrice pour le lancement d'Artémis.