Dans sa toute première interview donnée au NY Post, la nièce d’Oussama Ben Laden affiche son soutien au président. “Trump a montré qu'il protège l'Amérique, et nous par extension, des menaces étrangères en anéantissant les terroristes à la racine et avant qu'ils n'aient la possibilité de frapper". Un autre attentat du type de celui du 11 septembre pourrait se produire si Joe Biden est élu président, prévient Noor bin Ladin.

Si la jeune femme vit en Suisse, elle se considère comme “une Américaine dans l’âme”. Noor bin Ladin a été élevée par ses parents en Europe, auprès de ses deux sœurs. Elle n’avait que 12 ans lors des attaques meurtrières du 11 septembre, orchestrées par son oncle, Oussama Ben Laden. Son père était le demi-frère d’Oussama : dans sa branche de la famille, on se fait appeler "bin Ladin". Sa mère est une auteur suisse. En 2004, elle avait écrit un livre dévoilant sa vie dans la famille bin Laden, intitulé "Inside the Kingdom : Ma vie en Arabie Saoudite".

Plus dur d’être “pro-trump” que d’être liée au 11 septembre

Récemment, elle était l'invitée de Carlson Tucker sur Fox News. Elle est revenue sur les propos tenus dans une lettre ouverte où elle révélait avoir “perdu quelques soi-disant amis” depuis qu’elle avait décidé d’apporter son soutien à Donald Trump.

Elle y écrivait : "D'un point de vue sociologique, il est assez intéressant de constater que dans certains cercles élitistes, être pro-Trump m'a causé plus de peine que de porter le nom de Ben Ladin". Selon elle, “se présenter publiquement était un pas de trop pour certains, et le vitriol que j'ai reçu pour avoir exprimé mes convictions politiques a révélé des côtés peu flatteurs à certains personnages".

La recette du succès sur Twitter

Sur Twitter, la jeune femme se dit "pour la préservation de la liberté et des principes fondamentaux de la civilisation occidentale". "Obama, Biden, Hillary ont passé leur temps à conspirer pour détruire l'Amérique, à la vendre aux meilleurs enchérisseurs et à sacrifier la vie des patriotes. Le président Trump a combattu la cabale tout en rendant l'Amérique à nouveau grande, et a montré qu'il tient à la vie de TOUS les Américains" peut-on lire sur l'un de ses Tweet apportant une fois de plus son soutien au président.

Dans ses nombreux autre tweets, elle critique tour à tour l'islam radical, le port du masque ou Joe Biden. Une recette qui marche puisqu'en quelques semaines, elle est passée d’une centaine de followers à près de 20.000.

Mais la jeune femme utilise également cette nouvelle notoriété pour pousser sur le devant de la scène des théorie du complot, comme par exemple celle qui prétend que les démocrates essayent d’utiliser la pandémie de coronavirus pour encourager le vote par correspondance afin de gagner les élections de 2020. Au cours des dernières semaines, Donald Trump a affirmé plusieurs fois, sans aucunes preuves, que ce processus de vote était une “fraude généralisée”.

C'est donc logiquement que la jeune femme affiche sur Twitter son soutien à QAnon, le groupe de théoriciens du complot rattaché à l'extrême droite. Sur une photo partagée sur son compte, on peut la voir dans une combinaison "Make America Great Again", célèbre slogan de Donald Trump. La photo, postée en mai 2020, est accompagnée du hashtag #QAnon.