C'est "un mélange d’appels au peuple et de passage en force dans les institutions", note le célèbre quotidien Le Monde sur son site internet. Marine Le Pen veut notamment gouverner par référendum en contournant le Parlement et le Conseil constitutionnel.

Marine Le Pen pourrait par exemple s'en remettre à la consultation populaire au sujet du rétablissement de la peine de mort. Abolie depuis le 9 octobre 1981 en France, la candidate d'extrême droite est prête à la remettre au centre du débat. Sur France 2, elle a confirmé que "tout pourrait passer par un référendum, dont la peine de mort, sauf ce qui va à l'encontre de la Constitution. Car on ne pourra pas changer la Constitution par un référendum d'initiative citoyenne. Et on ne pourrait pas changer des choses qui mettent à mal l'intérêt vital du pays. Par exemple, s'il y a un référendum sur l'abolition de l'armée. Là, le président et l'assemblée peuvent s'y opposer parce qu'il en va de la sécurité intérieure ou extérieure de la France."