"Ils ont sans doute le système électoral le plus archaïque existant parmi les quelques pays les plus importants au monde", a déclaré Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse.

Le ministre russe des Affaires étrangères a notamment critiqué le caractère indirect de l'élection du président, qui est élu par des grands électeurs désignés au suffrage universel.

Elaboré au XVIIIe siècle, ce système implique que le vainqueur n'est pas nécessairement celui rassemblant le plus de voix au niveau national, mais celui qui remporte les Etats-clés comportant le plus de grands électeurs.

"Si les Américains sont prêts à vivre avec cette tradition qui déforme considérablement la volonté du peuple (...) qu'on les laisse", a lâché Sergueï Lavrov.

Comme le président russe Vladimir Poutine, M. Lavrov a indiqué que Moscou ne féliciterait le vainqueur de l'élection qu'après la publication des résultats officiels. "Les félicitations sont envoyées avant la publication des résultats quand il n'y a pas de litiges", a souligné Sergueï Lavrov.

Contrairement à la plupart des pays du monde, la Chine et la Russie n'ont pas félicité M. Biden.