"Les données qui ont été soumises et étudiées à ce jour sont encore insuffisantes pour permettre l'octroi d'une autorisation. En effet, des données issues de nouvelles études sont requises pour évaluer plus avant la sécurité, l'efficacité et la qualité", écrit Swissmedic dans un communiqué, alors que le vaccin est déjà autorisé dans de nombreux pays, y compris l'Union européenne.