Le Premier ministre britannique Boris Johnson n'a pas manqué d'humour dans son discours à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, appelant mercredi à redoubler d'efforts pour lutter contre le changement climatique. 

"Nous avons un incroyable pouvoir de changer les choses, ou d'améliorer les choses, et un incroyable pouvoir de nous sauver", a déclaré le chef du Parti conservateur. "Et quand Kermit la grenouille chantait 'Ce n'est pas facile d'être vert', je veux que vous sachiez qu'il avait tort. C'est facile. Ce n'est pas seulement facile, c'est lucratif et c'est juste d'être vert."

La COP26, le sommet sur le climat qui s'ouvrira à la fin octobre à Glasgow, sera un "tournant pour l'humanité", a-t-il prévenu. Il a appelé le monde à faire enfin preuve de "maturité" et de "sagesse". "Il est temps pour l'humanité de grandir. Il est temps pour nous d'écouter les avertissements des scientifiques."

Il a, de nouveau, prévenu que notre "belle planète" risquait de devenir "inhabitable", "pas seulement pour nous, mais pour de nombreuses autres espèces", faute d'action contre le réchauffement climatique.

"C'est pourquoi la COP26 de Glasgow est le tournant pour l'humanité. Nous devons limiter la hausse des températures", a-t-il déclaré. "Nous devons montrer que nous avons la maturité et la sagesse pour agir", a-t-il ajouté, tout en relevant que le temps faisait "cruellement" défaut.