"Nous condamnons fermement l'attaque qui a été commise aujourd'hui à l'intérieur de l'église Notre-Dame de Nice (...) et présentons nos condoléances aux proches des victimes", a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Il est clair que ceux qui ont commis une telle attaque sauvage dans un lieu de culte sacré ne peuvent s'inspirer de quelque valeur religieuse, humaine ou morale que ce soit", a ajouté le ministère, exprimant sa "solidarité avec le peuple français face au terrorisme et à la violence".

L'attaque survient presque deux semaines jour pour jour après l'assassinat en France d'un enseignant pris pour cible parce qu'il avait montré en classe des caricatures du prophète Mahomet dans un cours sur la liberté d'expression.

Lors d'une cérémonie d'hommage à cet enseignant, le président Emmanuel Macron a défendu le droit de publier ces caricatures, suscitant une vague de colère dans le monde musulman où les appels au boycott et manifestations anti-françaises se sont multipliés.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a violemment attaqué M. Macron ces derniers jours, l'accusant de diriger une "campagne de haine" contre l'islam et mettant en cause son "état de santé mentale".

En réaction, la France a rappelé son ambassadeur à Ankara et les tensions n'ont cessé de croître, jusqu'à un appel lancé lundi par M. Erdogan à boycotter les marques françaises.

L'Arabie saoudite "condamne avec force" l'attentat de Nice

L'Arabie saoudite a "condamné avec force" l'attaque au couteau qui a fait trois morts jeudi dans une basilique en plein cœur de Nice (sud-est de la France). "Nous condamnons avec force et dénonçons l'attaque terroriste qui a fait des morts et des blessés (...) à Nice, en France", a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter.

"Nous réitérons le rejet catégorique du royaume à de tels actes extrémistes qui sont contraires à toutes les religions, les croyances et le bon sens", ajoute le texte.

Il appelle en outre à "rejeter les pratiques qui entraînent la haine, la violence et l'extrémisme".

L'attaque de Nice est survenue le jour même où un vigile du consulat français dans la ville saoudienne de Jeddah (ouest) a été blessé au couteau.

Ni l'ambassade ni les autorités saoudiennes n'ont précisé le motif de l'agression, survenue dans un contexte de colère au Moyen-Orient contre le président français Emmanuel Macron.

L'Arabie saoudite n'a pas commenté les propos de M. Macron mais a affirmé rejeter toute tentative de lier l'islam au "terrorisme".