Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé samedi des "tiers" de s'ingérer dans les affaires de la Turquie, alors que le président américain Joe Biden a reconnu le génocide arménien.

"Personne ne profite du fait que les débats -- qui devraient être tenus par des historiens -- soient politisés par des tiers et deviennent un instrument d'ingérence dans notre pays", a déclaré Recep Tayyip Erdogan dans un message adressé au patriarche arménien à Istanbul.

Son ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a quant à lui déclaré que la Turquie n'avait "de leçons à recevoir de personne sur son histoire".

"Les mots ne peuvent pas changer ou réécrire l'histoire", a tweeté M. Cavusoglu, peu après l'annonce du président américain.

"Nous n'accepterons de leçons de personne sur notre histoire", a-t-il ajouté.

Joe Biden a reconnu samedi le génocide arménien, devenant le premier président des Etats-Unis à qualifier ainsi la mort d'un million et demi d'Arméniens massacrés par l'Empire ottoman en 1915.

Le génocide arménien est reconnu par plus d'une vingtaine de pays et de nombreux historiens mais il est vigoureusement contesté par la Turquie.