Entre mars et novembre, le Nigeria est submergé par la saison des pluies. Si cela n'a rien d'inhabituel, les experts s'inquiètent. A la mi-juillet, le principal quartier d'affaires de Lagos a été le plus touché par ce que les experts décrivent être "l'une des pires inondations de ces dernières années". Mais ces inondations fréquentes ne sont que le signe avant-coureur d'un problème bien plus important. La ville de plus de 24 millions d'habitants pourrait bien devenir inhabitable d'ici la fin du siècle en raison de l'élévation du niveau de la mer, provoqué par le changement climatique.

Définitivement submergée d'ici 2100 ?

En effet, selon les conclusions d'une étude publiée par le groupe de recherche Climate Central, les villes côtières de faible altitude de certaines régions du monde pourraient être définitivement submergées d'ici 2100. L'étude indique que les zones touchées pourraient s'enfoncer sous la ligne de marée haute si le niveau de la mer continue à augmenter au rythme actuel.

"En raison de la pollution des activités humaines qui piège la chaleur, l'élévation du niveau de la mer pourrait, en l'espace de trois décennies, pousser les inondations chroniques plus haut que les terres où vivent actuellement 300 millions de personnes", explique l'étude. "D'ici 2100, des zones où vivent actuellement 200 millions de personnes pourraient se retrouver définitivement sous la ligne de marée haute".

Selon les prévisions, le niveau mondial des mers devrait augmenter de plus de 2 mètres d'ici à la fin du siècle. Or, selon les experts, la ville de Lagos se trouve à moins de deux mètres au-dessus du niveau de la mer. La situation est similaire sur une grande partie du littoral nigérian, qui se situe également à faible altitude. Selon l'écologiste nigérian Seyifunmi Adebote, interrogé par CNN, le sort de Lagos "dépendra de la façon dont nous donnerons la priorité à cette prédiction scientifique et aux actions correspondantes que nous prendrons en réponse." "Ce n'est qu'une question de temps avant que la nature ne reprenne ses droits, et cela pourrait être une catastrophe", a-t-il ajouté.

"L'eau ronge la terre"

Mais selon une étude menée par l'Institute of Development Studies, le problème est également exacerbé par "des systèmes de drainage inadéquats et mal entretenus et une croissance urbaine incontrôlée". De plus, la ville est menacée par l'érosion du littoral, qui la rend encore plus vulnérable aux inondations. Un phénomène qui est imputable au réchauffement climatique et à "l'action de l'homme sur une période prolongée", assure l'écologiste Seyifunmi Adebote.

Les berges de l'île Victoria de Lagos sont déjà "emportées par les eaux... en particulier dans la zone V.I de Lagos", explique Manzo Ezekiel, porte-parole de l'agence nigériane de gestion des situations d'urgence (NEMA), auprès de CNN. "Il y a ce problème de la berge de la rivière qui est emportée. L'augmentation du niveau de l'eau ronge la terre", ajoute l'expert.

En 2020, plus de 2 millions de personnes ont été directement affectées par les inondations. "Chaque année, nous sommes témoins d'inondations au Nigeria. C'est un problème que le changement climatique a apporté et nous vivons avec", a conclu le porte-parole de l'agence nigériane de gestion des situations d'urgence.