"Quant à votre question de savoir si nous comptons envahir d'autres pays, nous n'en avons pas l'intention. Nous n'avons pas envahi l'Ukraine non plus. En Ukraine, nous sommes simplement... nous avons déjà expliqué cela maintes fois. La situation sur place menace directement la sécurité de la Russie", a-t-il dit.

Selon lui, l'Ukraine prévoyait d'attaquer les régions séparatistes de Donetsk et Lougansk cette semaine. "Malgré des années d'avertissements, d'appels, de propositions, personne ne nous a écoutés."

Le ministre russe des Affaires étrangères a encore jugé jeudi "dangereuses" les livraisons d'armes par les Occidentaux à l'Ukraine qui combat une invasion de l'armée russe, à l'issue de premiers pourparlers avec son homologue ukrainien, rapporte l'AFP.

"Ceux qui gorgent d'armes l'Ukraine doivent bien sûr comprendre qu'ils porteront la responsabilité de leurs actes", a déclaré Serguei Lavrov, dénonçant aussi le recrutement de "mercenaires" étrangers. "Ces pays créent un danger colossal, y compris pour eux-mêmes", a-t-il dit.

Il a évoqué en particulier les livraisons de missiles sol-air portables, voyant le risque de leur utilisation contre "l'aviation civile". "Où vont aller ces milliers de systèmes sol-air portatifs, c'est une question que nous posons à nos collègues de l'UE", a ajouté le diplomate russe.

Il n'a par contre pas menacé de représailles les pays occidentaux livrant des armes à l'Ukraine.

La Russie est disposée à poursuivre les négociations avec l'Ukraine dans le cadre du format existant au Bélarus, a indiqué jeudi le ministre russe des Affaires étrangères après sa première rencontre avec son homologue ukrainien, selon l'AFP. "La rencontre d'aujourd'hui a confirmé que le format russo-ukrainien au Bélarus n'a pas d'alternative", a dit Sergueï Lavrov après avoir discuté avec Dmytro Kouleba, une première depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.