Le Brésil a enregistré 3.001 décès supplémentaires du coronavirus au cours des dernières 24 heures et près de 70.000 nouveaux cas de contamination, des niveaux très élevés en cette fin du mois d'avril qui, avec celui de mars, aura été le plus meurtrier en 14 mois de pandémie dans ce pays de 212 millions d'habitants.

Le nombre des morts a augmenté de façon exponentielle depuis le début de l'année sous la pression du variant P1 : il a fallu plus de cinq mois pour passer de 100.000 à 200.000 morts, le 7 janvier, mais ensuite seulement 77 jours pour atteindre les 300.000 (24 mars) et 37 pour les 400.000.

Même si les courbes commencent à se stabiliser sur un plateau élevé, le taux de mortalité au Brésil est le plus important des Amériques et de l'hémisphère Sud : il est de 189 pour 100.000, dépassant celui du Royaume-Uni (188).

Une commission d'enquête parlementaire a été instaurée mardi au Sénat pour étudier la façon dont le gouvernement de Jair Bolsonaro a géré la crise sanitaire, jugée inepte et irresponsable par de nombreux spécialistes.