Israël se prépare à une véritable guerre des clans

JÉRUSALEM Israël s’est engagé mercredi dans la bataille électorale avant un scrutin anticipé prévu au printemps à la suite d’un vote mardi de la Knesset sur son auto-dissolution.
Sans attendre la dissolution formelle de la Knesset, qui n’interviendra qu’après deux autres lectures, les chefs des deux principales formations politiques, le Premier ministre travailliste Ehud Barak et le chef du Likoud (opposition de droite), Ariel Sharon, ont annoncé qu’ils brigueraient les fonctions de Premier ministre.
Longtemps devancé par M. Barak, M. Sharon a creusé un écart sans précédent de 11 points sur son adversaire de gauche, selon un sondage publié vendredi dernier. Mais il devra d’abord obtenir en janvier l’investiture du comité central de son parti.

Une étape qui sera loin d’être une simple formalité, car le leader de la droite devraitr se retrouver confronté à ce stade à l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou, qui, selon le même sondage, battrait M. Barak de 21 points si des élections avaient lieu actuellement.
M. Netanyahou est attendu en Israël dans les prochains jours à l’issue d’une tournée de conférences aux Etats-Unis.

Tout en affirmant que ces élections anticipées étaient "inévitables", M. Sharon s’est dit favorable mercredi à la constitution d’un "gouvernement d’urgence nationale" avec les travaillistes de M. Barak jusqu’à la tenue du scrutin, alors même qu’il avait refusé la veille cette formule.

M. Barak pourrait bien, lui aussi, devoir passer par des primaires, bien qu’aucun rival ne se soit encore officiellement déclaré.
Les responsables des états-majors du parti travailliste et du Likoud ont indiqué qu’ils se rencontreraient en début de semaine prochaine pour arrêter la date exacte du scrutin, qui aura probablement lieu en mai. Le 8 ou le 15 sont les dates les plus fréquemment évoquées.

En vertu d’une réforme de la Loi électorale, le chef de gouvernement est élu au suffrage universel direct depuis 1996, mais cette formule est de plus en plus contestée en Israël et un comité parlementaire ad hoc doit examiner en décembre une éventuelle révision de ce mode d’élection.
Parallèlement à leur Premier ministre, les Israéliens iront aux urnes pour renouveler leurs 120 députés selon le système de la proportionnelle intégrale avec une liste nationale, qui a conduit en mai 1999 pas moins de 19 partis ou factions à la Chambre.

Mardi soir, M. Barak a indiqué vouloir tenter de parvenir à un accord avec les Palestiniens d’ici à la fin de son mandat, ce qui pourrait s’avérer son meilleur atout pour espérer remporter ces élections.
En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, de nouveaux incidents ont été signalés mercredi, anniversaire de la résolution de l’Onu de 1947 sur le partage de la Palestine.

Un colon israélien a ainsi été grièvement blessé par les tirs de Palestiniens contre son véhicule non loin de la colonie de Migdalim, près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. En outre, quatre manifestants palestiniens ont été blessés par les tirs de soldats israéliens près du terminal routier de Karni, point de passage entre la bande de Gaza et Israël. Enfin, deux Palestiniens ont été blessés par balles à Husan, près de Bethléem.