"Le gouvernement doit pouvoir prendre des mesures additionnelles nécessaires en fonction de l'évolution de l'épidémie", a déclaré le président Emmanuel Macron, précisant que le ministre de la Santé, Olivier Véran, annoncerait des "décisions" et des "ajustements" lors d'une intervention attendue jeudi à 18H00 (16H00 GMT).

Les maires et présidents de métropoles de Paris, Lyon, Lille et Grenoble étaient reçus jeudi matin à Matignon, le siège du gouvernement.

Déjà placée en zone d'alerte renforcée, synonyme de fermetures de bars à partir de 22H00 (20H00 GMT) de certaines activités sportives, Paris a atteint les critères théoriques pour basculer en alerte maximale.


Pour Madrid, c'est déjà fait. Un décret du ministère espagnol de la Santé publié jeudi étend à toute la capitale les mesures déjà en vigueur depuis une semaine dans les zones de la région les plus touchées par le virus et interdit aux habitants de Madrid d'entrer ou de sortir de la ville sauf notamment pour aller travailler, chez le médecin ou emmener les enfants à l'école.

Il ne s'agit donc pas d'un confinement strict comme l'Espagne a pu le connaître au printemps.

Cette annonce, qui intervient après un bras de fer de deux semaines entre le gouvernement central de gauche et l'exécutif régional madrilène de droite, a été immédiatement rejetée par ce dernier.

Mais malgré le refus de Madrid et d'autres régions, ces mesures sont obligatoires dans les 48 heures selon le décret.

Le coronavirus aurait causé environ 10.000 morts lors de la première vague aux Pays-Bas

Durant la première vague de Covid-19 aux Pays-Bas, environ 10.000 personnes ont perdu la vie, leur décès étant confirmés ou suspectés d'être liés au nouveau coronavirus, selon le bureau statistique néerlandais.

Ce nombre de décès porte sur à la période de mars à juin 2020. Le mois d'avril en particulier a connu un pic de plus de 6.000 décès dus à la maladie.

Au cours du premier semestre de cette année, plus de 86.000 Néerlandais sont morts, soit près de 9.000 de plus qu'à la même période l'année précédente. "La mortalité plus élevée coïncide avec l'épidémie de coronavirus aux Pays-Bas", selon ce bureau statistique.

En Belgique, le virus Sars-CoV-2 a également causé la mort d'au moins 10.000 personnes depuis le début de la pandémie, a indiqué mercredi l'Institut de santé publique, Sciensano.

Rome veut prolonger au 31 janvier l'état d'urgence

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé jeudi vouloir proposer la prolongation jusqu'au 31 janvier prochain de l'état d'urgence, actuellement en vigueur jusqu'au 15 octobre, pour lutter plus efficacement contre la résurgence de l'épidémie de Covid-19. "Vu la situation actuelle, une situation qui continue à être critique même si le nombre de contaminations reste sous contrôle mais qui exige la plus grande attention de la part de l'Etat (...), nous avons décidé d'aller devant le parlement pour proposer la prolongation de l'état d'urgence, vraisemblablement jusqu'à fin janvier 2021", a déclaré M. Conte devant la presse.

L'état d'urgence en Italie sert essentiellement à faciliter et accélérer la prise de décisions et de mesures destinées à combattre les effets d'un séisme, d'inondations ou d'autres catastrophes, ici en l'occurrence l'épidémie de Covid-19.

L'état d'urgence avait été instauré une première fois en février et après son expiration, le 31 juillet, a été une première fois prolongé jusqu'au 15 octobre.

Premier pays touché en Europe, l'Italie a payé un lourd tribut à l'épidémie, avec près de 36.000 morts et plus de 315.000 cas de contamination, même si elle fait aujourd'hui figure d'exception en Europe avec un nombre limité de nouveaux cas.

Le nombre de contagions quotidiennes en Italie, qui réalise plus de 120.000 tests par jour, reste depuis des semaines sous la barre des 2.000, loin des chiffres beaucoup plus élevés enregistrés en France ou en Espagne.

La Colombie prolonge d'un mois la fermeture de ses frontières

La Colombie va prolonger la fermeture de ses frontières maritimes, terrestres et aériennes un mois de plus à partir du 1er novembre, a annoncé l'autorité responsable de l'immigration mercredi. Le pays cherche de la sorte à limiter la propagation du coronavirus et gagner du temps en faveur d'une réouverture organisée, a assuré Juan Francisco Espinosa, à la tête de cette autorité.

La Colombie a levé la quarantaine en place depuis cinq mois début septembre. Les vols domestiques et internationaux ont repris dans une certaine mesure.


La fermeture des frontières ne concerne pas les missions humanitaires d'urgence, le commerce, les cas de forces majeures et le retour des voyageurs étrangers, a précisé l'autorité.

La Colombie a confirmé plus de 820.000 infections au Covid-19 , faisant du pays le 5e au monde le plus frappé par la pandémie. Plus de 25.800 personnes ont perdu la vie dans l'épidémie en Colombie.