Monde L’un des premiers gestes du nouveau président serait de rapatrier son père

Alors que Felix Tshisekedi vient d’être élu, à la surprise générale, président du Congo, le corps de son père, Etienne, opposant congolais historique, d’abord à Mobutu puis aux Kabila père et fils, repose toujours dans une morgue en Belgique, deux ans après son décès.

Etienne Tshisekedi est mort en Belgique en février 2017 à l’âge de 84 ans. De longue date, l’homme préférait résider en Belgique plutôt qu’au Congo où il ne sentait pas en sécurité.

Celui qui avait été Premier ministre de son pays avait connu en effet l’emprisonnement et la torture.

Il en avait retiré une immense popularité auprès des opposants congolais, principalement en Belgique où son décès a donné lieu trois jours durant à des scènes de deuil émouvantes.

Le rapatriement de sa dépouille au Congo fut reporté à plusieurs reprises, le pouvoir craignant manifestement des débordements populaires. "La population était frustrée parce que son sort ne s’était pas amélioré sous la présidence de Kabila, explique un spécialiste de l’Afrique. Elle aurait pu le faire savoir bruyamment."

De son côté, la famille Tshisekedi exigeait qu’il ne soit pas enterré à la sauvette, mais que la cérémonie soit à la hauteur du défunt, comprenant aussi le bénéfice politique qu’elle pouvait retirer de la situation.

Ainsi, cela fait deux ans que le corps d’Etienne Tshisekedi repose dans une chambre froide de l’entreprise de pompes funèbres Bouvy à Ixelles. Il pourra y rester tant que la famille s’acquitte d’une somme de 50 euros par jour.

Mais à présent que Felix, son fils aîné, a gagné les élections, il devrait enfin parvenir à rapatrier le corps de son père.

Ce qui ne manquera pas de mobiliser une foule immense dans les rues de Kinshasa.