La station balnéaire pittoresque de Carbis Bay est soudainement devenue le centre du monde du 11 au 13 juin dernier lors du sommet du G7. Celui-ci a réuni les grands pays industrialisés que sont les États-Unis, l’Allemagne, le Japon, la France, l’Italie, le Canada et le Royaume-Uni. Les chefs d’État et de gouvernement ont rejoint cette petite région touristique du sud-ouest de l’Angleterre avec leurs délégations et leurs services de sécurité. Des journalistes se sont également rendus sur place pour couvrir l’événement. Plusieurs manifestations ont également eu lieu durant la durée du sommet.

Aujourd'hui les autorités locales s'inquiètent du taux de contaminations qui a littéralement explosé dans la péninsule des Cornouailles, rapporte le site d'information InNews. Le nombre de cas de contaminations dans le comté et dans les îles Scilly est en effet passé de 2,8 pour 100.000 habitants le dimanche 6 juin à 81,7 le 13 juin, selon ce média. À Carbis Bay, ville hôte du sommet, et Falmouth, où résidaient les journalistes et les forces de l’ordre, le taux d’infection a augmenté de plus de 2.000 % les jours précédant la fin de l’événement. La moyenne nationale était alors de 77,4 cas pour 100.000 habitants.

> Retrouvez ici la carte interactive des contaminations au coronavirus au Royaume-Uni.

Les vacances en danger

Plusieurs établissements touristiques ont dû fermer leurs portes suite à la contamination de leur personnel et les autorités locales craignent pour la saison à venir. Celles-ci ont demandé au gouvernement de maîtriser immédiatement la propagation de la maladie en effectuant des tests de dépistage dans les zones où le nombre de cas est élevé et en administrant des vaccins supplémentaires aux jeunes, qui constituent la majorité du personnel hôtelier du comté.

Bien qu'une seule personne soit actuellement traitée pour le Covid en Cornouailles, les responsables de la santé craignent que ce nombre n'augmente considérablement en raison du décalage entre l'infection et l'hospitalisation. Le variant majoritaire en Angleterre restant le variant Delta.

L'afflux touristique également pointé

Les autorités du comté n’ont pas officiellement confirmé le lien de cause à effet entre l’organisation du G7 et le regain du taux d’infections bien que les chiffres semblent concorder. Les experts soulignent que les nombreux touristes qui aiment visiter la région pourraient également avoir eu un effet sur les chiffres, mais ils ne peuvent à eux seuls expliquer la flambée. En effet, la même recrudescence des cas n'est pas observée dans les régions touristiques voisines.