La Corée du Nord a tiré jeudi un missile balistique intercontinental (ICBM) dans la zone maritime économique exclusive du Japon, rompant un moratoire qu'elle observait depuis 2017, s'attirant une ferme condamnation de l'Onu.

Vendredi matin (jeudi soir en Belgique), l'agence d'Etat nord-coréenne KCNA a confirmé que le tir "d'un nouveau type" d'ICBM, baptisé Hwasong-17, avait été personnellement ordonné par le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, et qu'il avait parfaitement atteint sa cible en mer du Japon

Le président sud-coréen Moon Jae-in avait auparavant indiqué, dans un communiqué, que le projectile lancé par Pyongyang était un ICBM.

Il s'agit "d'une rupture de la suspension des lancements de missiles balistiques intercontinentaux promise par le président Kim Jong Un à la communauté internationale", a-t-il déploré.

L'armée sud-coréenne a indiqué avoir riposté en tirant "des missiles depuis le sol, la mer et les airs" vers le large de ses côtes.

L'ONU a condamné jeudi "avec force" ce tir et a sommé Pyongyang de cesser tout action jugée "contre-productive" et qui attise les "tensions" en Asie.