"La violence par arme à feu est une crise de santé publique qui continue de menacer chaque recoin de la ville", a lancé cet ancien policier afro-américain lors de l'annonce d'une série de mesures.

"La sécurité publique est la priorité de mon administration et c'est pour cela que nous allons supprimer les armes à feu de nos rues, protéger notre population et créer une ville sûre, prospère et juste pour tous les New- Yorkais", a déclaré cet élu de l'aile droite du parti démocrate.

Arrivé à la mairie le 1er janvier sur un programme de lutte contre l'insécurité et les inégalités socio-économiques, M. Adams est confronté à une recrudescence de faits divers violents.

L'une des principales mesures de son plan est le rétablissement de patrouilles de policiers en civil, des "unités anti-criminalité" rebaptisées "unités anti-armes à feu" qui avaient été supprimées en 2020 après la mort de l'Afro-Américain George Floyd, tué par un policier à Minneapolis.

Ces policiers étaient redoutés, quand Michael Bloomberg était maire (2002-2013), pour leurs fouilles controversées de jeunes Noirs et Hispaniques soupçonnés de porter des armes à feu.

La violence par arme à feu à New York - sans commune mesure avec ce qu'elle était il y a 30 ans - a légèrement progressé en 2021 (+4,3% par rapport à 2020, elle-même en hausse sur 2019) notamment en raison de la pandémie de Covid-19.