Bill Barr, l'un des ministres les plus loyaux au président sortant, a souligné que cette autorisation, adressée aux procureurs fédéraux du pays, n'indiquait pas que le ministère de la Justice avait des preuves de l'existence de véritables situations de fraudes.

"Je vous autorise à enquêter sur des allégations substantielles d'irrégularités concernant les votes ou le comptage de bulletins avant la certification des élections dans vos juridictions, dans certains cas", a-t-il écrit dans sa lettre.

"De telles enquêtes peuvent être menées s'il existe des allégations claires et potentiellement crédibles d'irrégularités qui, si elles étaient avérées, pourraient potentiellement avoir un impact sur le résultat d'une élection fédérale dans un Etat", ajoute-t-il.

Les enquêtes sur les fraudes électorales sont normalement du ressort de chaque État, qui établit et contrôle ses propres règles électorales. Et le ministère américain de la Justice n'intervient d'ordinaire pas dans ce genre de situation jusqu'à ce que les décomptes des votes soient certifiés et les recomptages terminés.

L'équipe de campagne de Donald Trump mène des batailles judiciaires dans plusieurs Etats remportés sur le fil par Joe Biden -- Pennsylvanie et Nevada en tête -- pour tenter de contester leurs résultats.