Branle-bas de combat au Royaume-Uni. Alors que le pays fait face à l'explosion du variant Delta, le ministre de la Santé, Matt Hancock, se retrouve au cœur d'un scandale.

Le tabloïd The Sun a publié un retentissant scoop concernant le conservateur. En Une du journal ce vendredi, une photo floue mais peu équivoque, où l'on voit Matt Hancock embrasser une femme qui n'est pas son épouse. Il s'agit d'une collaboratrice, Gina Coladangelo. L'image, captée le 6 mai, provient d'une caméra de surveillance. Le ministre de 42 ans est marié et père de trois enfants, comme sa collaboratrice.


Mais si l'image fait tant parler, c'est parce que le 6 mai les Britanniques n’étaient toujours pas autorisés à avoir de contacts rapprochés avec des personnes ne faisant pas partie de leur bulle ou foyer. La recommandation n’a été levée que le 17 mai. Il est reproché au ministre de la Santé de ne pas avoir respecté les règles de distanciations sociales alors en vigueur, qu'il ne cessait de rappeler dans le cadre de ses fonctions.

Suite à cette révélation, le ministre a présenté ses excuses. "Je reconnais avoir enfreint les consignes de distanciation sociale", a-t-il déclaré dans un communiqué. "J'ai déçu les gens et je suis vraiment désolé", a-t-il ajouté, en demandant "le respect de sa vie privée sur ce sujet personnel".

Le ministre poussé vers la sortie

Si Boris Johnson a accepté ses excuses et considère que "l'affaire est close", a-t-il fait savoir par l'intermédiaire d'un porte-parole de Downing Street, ce n'est pas le cas de tout le monde. De nombreuses voix s'élèvent pour demander sa démission à travers le pays.

Anneliese Dodds, la présidente du parti travailliste d'opposition a jugé sa position "intenable". "Il a admis qu'il avait enfreint les règles, il doit partir", a-t-elle tweeté.

Une opinion que partagent les libéraux-démocrates. Munira Wilson, porte-parole du parti chargée de la santé, a déclaré que le comportement de Matt Hancock était de "l'hypocrisie" et demande aussi sa démission.

Les députés conservateurs ont fait savoir qu'ils avaient reçu des messages de colère de la part des électeurs. "Il y aura de la colère, car il a enfreint ses propres règles", a déclaré un ancien ministre auprès de The Guardian.

Les familles des victimes du Covid-19 ont également écrit au Premier ministre, l'exhortant à limoger Matt Hancock. L'une d'elles, Hannah Brady, dont le père, est décédé en mai 2020, a écrit : "Permettre à Matt Hancock de continuer à occuper le poste de secrétaire à la santé aggrave le chagrin des familles endeuillées qui ont tant sacrifié alors qu'il enfreignait les règles. Ce n'est pas seulement une insulte aux familles endeuillées et à tous ceux qui ont obéi aux règles, mais cela sape la confiance du public dans les mesures", peut-on lire dans The Guardian.

Un sondage réalisé par YouGov a révélé que 49% des personnes interrogées pensaient que Hancock devrait démissionner, contre 36% en mai. Un avis partagé par le média, The Guardian, qui signe un édito "Matt Hancock : il doit partir". "Si le secrétaire à la Santé ne respecte pas les règles, il devient beaucoup plus difficile pour le gouvernement d'exiger des Britanniques qu'ils suivent des règles strictes. Ne pas le limoger en fera la risée du gouvernement concernant sa stratégie de lutte contre le Covid", écrit le journal.