Monde

Suite aux nombreux dons à coups de millions pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, de vives polémiques ont vu le jour.

Le milieu associatif est surtout en colère, voyant la facilité avec laquelle des sommes folles ont été débloquées en si peu de temps pour la cathédrale alors que la générosité n'est pas la même pour les causes humaines et environnementales. Le sociologue Alain Caillé estime même que les riches sont redevables vis-à-vis de l'histoire.

Les internautes s'insurgent surtout du manque d'aide aux personnes qui sont dans le besoin. Sur Facebook, Guy Gilbert faisait part de sa pensée: "Les dons affluent immédiatement des plus grandes fortunes,des particuliers par milliers. Merci. Faudrait-il que les SDF s’enflamment pour qu’on leur vienne en aide aussi rapidement ?"

Franck Riester, le ministre français de la culture, a tenu à réagir suite à cette polémique. "Il ne faut surtout pas de compétition entre les générosités. Surtout pas. De grâce, ne créons pas de polémiques vaines. Laissons la générosité s'exprimer pour Notre-Dame de Paris, pour le patrimoine, pour la culture, pour le social", clame Riester alors qu'il était interrogé dans Bourdin Direct.

"Cesare Pavese disait qu'il est très difficile d'exercer le métier de vivre. Bien évidemment que les conditions matérielles sont importantes. Avoir un toit, avoir de quoi boire et de quoi manger, bien entendu que c'est important. Mais ce n'est pas seulement cela qui fait le métier de vivre. Il y a aussi des dimensions immatérielles. La particularité de Notre-Dame de Paris, c'est que ce n'est pas que des vieilles pierres. C'est une part de notre identité", explique le ministre français. Avant de poursuivre: "Bien sur qu'il faut s'occuper de celles et ceux qui n'ont pas de toit et qui ont des difficultés. Bien sur qu'il y a des besoins ailleurs mais laissons ce formidable élan de générosité aller jusqu'à son terme".